Démo de scalpage à Luc, détruire une luzerne sans labour

Toutes les actualités
Démo de scalpage à Luc, détruire une luzerne sans labour
Plus de trente agriculteurs ont répondu présents pour assister à une démonstration de déchaumage et de scalpage organisée par le CDAS, la mission agronomie de la Chambre d’agriculture et la FDCUMA, au GAEC de St Hubert à LUC, chez la famille BEDEL.

L’objectif de cette rencontre est de trouver des solutions pour détruire les prairies et luzernes sans labour et sans chimie. Pour cela nous avons réunis quatre outils différents, charrue déchaumeuse Escudero, Actisol avec patte d’oie, scalpeurs Treffler et une nouveauté pour notre département, le scalpeur avec rotor Kvick finn. Ils ont été présentés tour à tour avant de réaliser chacun, deux bandes de travail, la première sur chaume de céréales et la seconde sur luzerne. Ces bandes seront suivies d’observations des levées d’adventices sur la culture suivante. Sur chaume tous les outils à dents ont pu travailler sur une profondeur d’environ 5 cm. Les quelques repousses de céréales présentes étaient en surface tandis que les chaumes encore présents étaient mélangés en surface. La charrue déchaumeuse quant à elle, a travaillé entre 10 et 12 cm, la terre étant quasiment toute retournée. Une profondeur de travail inférieure est possible, mais avec une partie de végétation qui sera non enfouie. Sur la partie luzerne, les conditions sèches ont mis les outils à l’épreuve, notamment par rapport à la capacité de pénétration, qui n’a pas dépassé 5 cm. La charrue déchaumeuse a présenté un peu plus de difficultés à conserver une profondeur de travail constante Les pieds de luzerne étaient tous scalpés pour deux outils et quasiment tous pour les deux autres outils. Le réglage de la herse peigne (quand elle est présente) doit être affiné pour retourner les mottes des résidus. Sur le Kvick finn, selon l’effet recherché, on peut utiliser les deux vitesses d’entrainement de la prise de force, 540 ou 1000 tr/min, pour séparer les mottes de la végétation. Attention, les projections peuvent être importantes. Des réflexions sur cette thématique s’amorcent dans quelques groupes, au vu des tarifs annoncés, entre 18 et 26000 €,  il vaut mieux envisager des investissements collectifs !!

Toutes les actualités

D'autres articles sur le même thème

De nombreuses installations de panneaux photovoltaïques sont en service dans le département.

Lire la suite de l'article

Comme d’autres inter-Cuma la Cuma des Foumerous compte beaucoup d’adhérents dispersés sur son territoire qui s’étend de Rodez à Thérondels.

Lire la suite de l'article

Dotée d’une centaine d’adhérents, la Cuma de Vezins (sur le Lévezou) a innové en lien avec le plan de relance France Agri-mer sur deux outils d’épandage de précision performants.

Lire la suite de l'article